samedi 29 mars 2014

Moi, Lucifer - Glenn Duncan






Quatrième de couverture :


Prisonnier ( par la volonté de Dieu ) du corps d'un écrivain fraîchement suicidé et chichement membré, Moi, Lucifer, Ange Déchu, Porteur de Lumière, Prince des Ténèbres, de l'Enfer et de ce Monde,Seigneur des Mouches, Père du Mensonge, Suprême Apostat, Tentateur, Antique Serpent, Séducteur, Accusateur, Tourmenteur, Blasphémateur et, sans contestation possible, Meilleur Coup de l'Univers Visible et Invisible ( demandez donc à Eve, cette petite grace ), j'ai décidé-Ta-daaah !-de tout dire.
Tout ? Presque. Le funk. Le swing. Le boogie. Le rock. 
C'est moi qui ai inventé le rock. Si vous saviez tout ce que j'ai inventé : la sodomie, bien sûr, la fumette, l'astrologie, l'argent...Bon, on va gagner du temps : tout, absolument tout ce qui vous empêche de penser à Dieu. C'est-à-dire à peu près tout ce qui existe.


Mon avis :

Enormissime coup de coeur parfaitement parfait. (Làààà, vous comprenez direct mon enthousiasme comme ça).

Ce livre est un chef d'œuvre comme je n'en ai jamais lu dans ma vie. Je n'ai jamais autant ri, je ne me suis jamais autant (littéralement) marrée comme une baleine et je n'ai jamais ressenti autant le besoin de lire des extraits de passages à tous ceux que je croisais.
Moi, Lucifer c'est un livre plein de sexe, drogues et rock'n'roll, qui parle de Satan en personne et qui parvient pourtant à ne pas tomber dans le vulgaire, la provoc' gratuite et la médiocrité littéraire. La plume de Glenn Duncan est magique. Il y a des insultes, certes, beaucoup même, mais il y a un vocabulaire riche, presque intello, de la culture à foison et un humour british à tuer la reine Elizabeth elle-même. Ce bouquin est un petit bijou d'ironie et de sarcasmes qui nous pousse à ADORER Lucifer. Lucifer, oui, le môssieur-pas-beau-tout-vilain. Je n'ai jamais été aussi fière de me faire appeler Satan par mes proches. Dans Moi, Lucifer, le Diable paraît si diaboliquement drôle, qu'on a envie d'aller se taper un barbeuc' aux Enfers toutes les 3 pages.
En plus, étant une athée confirmée (ouais mais j'aime l'idée de me réincarner en Licorne quand même), je me suis tordue de rire devant les descriptions faites de Dieu, de l'Univers en général et du Paradis en particulier. Paradis qui, (j'en étais sûre !!!) parait être l'endroit le plus ignoblement chiant dans l'Histoire du Monde, qu'on se le dise. Moi, Lucifer reprend les bases de l'histoire divine telle qu'on la connaît (plus ou moins) mais le point de vue du Diable apporte le plus que j'attendais depuis que j'ai entendu parler de la Bible (meilleure saga d'héroic fantasy au monde). Satan nous explique sa version de l'histoire, les vraies raisons qui l'ont fait devenir le Grand Méchant, ce qu'il a fait/crée/accompli/construit, la façon dont Lui voit les choses et surtout, il nous raconte son expérience en tant qu'être humain.
Et quelle poilade ! Declan Gunn, l'écrivain fraîchement suicidé et dont Lucifer a prit possession, est un looser invétéré, névrotique chronique et a un look de merde (selon Satan). Satan qui doit vivre au travers de ce corps et apprendre à gérer le fait d'être mortel. C'est ce qui rend cette œuvre formidable pour moi, sans l'histoire autour de Declan, les mémoires de Lucifer n'auraient pas du tout le même intérêt et le même impact. Mais là. LA. C'est juste parfait. Je n'ai pas pu décrocher de ce bouquin. A partir des dix premières pages, je savais déjà que c'était un coup de coeur et qu'il allait faire partie de mon Top Livres Incontournables. L'humour cinglant, la personnalité de Lucifer, la plume de l'auteur, l'histoire biblique revisitée...LE cocktail parfait pour me combler du début à la fin.
Je n'ai rien à reprocher à ce livre tant je l'ai surkiffé (passez moi l'expression wesh). La relation entre Lucifer et les Archanges était tellement drôle, tellement bien trouvée, que je ne pouvais qu'adorer leurs confrontations. Et puis, il faut dire ce qui est, ça fait du bien d'avoir un personnage principal méchant pour une fois. Et qui de mieux pour ce rôle que le Diable en personne ? L'expérience mortelle de Lucifer nous pousse à nous poser des questions en plus. En tant qu'humains, apprécions-nous assez la beauté des choses simples ? Avons-nous vraiment besoin de l'influence de quelqu'un/quelque chose pour faire du mal ? Existons-nous réellement ou est-ce qu'on se contentent de vivre ? Purement et simplement. Et c'est un autre point positif de ce bouquin. Okay Lucifer descend la religion en flèche. Okay c'est un connard (duh!). Okay l'humour peut ne pas plaire à tout le monde. Mais ce n'est pas qu'une satyre de la religion. C'est aussi et surtout un livre magnifiquement bien écrit et qui oblige à réfléchir deux secondes sur le cas (fort désolant) de l'Humanité.

En bref, un livre que je pourrais relire plusieurs fois sans jamais m'en lasser. Ne serait-ce que pour relever certains passages et en faire des citations. Ne serait-ce parce qu'aussi, je n'ai jamais autant ri pour un bouquin. Alors, certes, je suis une fille très humour noir à la base et je sais que ce n'est pas la tasse de thé de tout le monde. Donc je ne conseillerais pas Moi, Lucifer à n'importe qui, déjà parce que j'aimerais ne pas me faire brûler par des chasseurs de sorcières mais surtout parce que je comprends que ce livre puisse choquer/déranger/offenser certaines personnes et ce n'est pas mon but.

Cela dit, si vous êtes de grands adeptes et fanatiques de l'humour noir...JETEZ-VOUS DESSUS !





Ma note :


20/20 ++++


7 commentaires:

  1. Nan mais t'façons celui-là, il me le faut, c'est tout.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connais pas du tout ce livre, il a l'air d'être top, tu m'as donné envie de le lire :). BIz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si t'aime l'humour noir faut que tu fonces :D !

      Supprimer
  3. Je n'ai rien lu (je ne veux pas influencer ma lecture) mais j'ai vu la note (plainte interne)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut que tu le lisesssssssssssssss !!!!!!!! Tu vas kiffer !!

      Supprimer