vendredi 16 mai 2014

Kaleb Tome 1 - Myra Eljundir





Quatrième de couverture :


C’est si bon d’être mauvais…

À 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu’on ne peut s’empêcher de l’aimer. À la folie. À la mort.
Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera pas désolé. Ce don qu’il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu’au jour ou sa propre puissance le dépasse et ou tout bascule… Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller?


Mon avis :

Gros coup de cœur pour ce petit bijou de littérature déconseillé au moins de 15 ans. De l'action, de l'émotion, du grinçage de dents...BREF ! Une gifle dans la tronche et ça fait du bien !

Kaleb, c'est un peu le livre dont je rêvais depuis toujours puisque le personnage principal est un vilain-tout-pas-beau. Alors ouais, okay, la plume de l'auteure est pas transcendante...Y a même des fois où j'ai levé les yeux au ciel à cause de certaines phrases clichées à mort. Mais à la limite, la plume on s'en fout parce que l'intrigue est génialissime.

Déjà, c'est super difficile de pas tomber amoureuse de Kaleb. Le mec sûr de lui, un peu bad boy et beau comme un dieu. Kaleb qui a toutes les filles à ses pieds, qui mène une vie paisible de lycéen français et qui va péter un plomb et basculer dans le mauvais côté de la force. Ouais, parce que le don d'empathie c'est pas la joie tous les jours hein. Cela dit en ouvrant le livre, je m'attendais à suivre un connard sans foi ni loi, prêt à tuer père et mère pour un Carembar et qu'on ne pourrait pas s'empêcher de haïr et aimer tout à la fois. Sauf que Kaleb n'est pas le seul méchant puisque Myra Eljundir nous offre le personnage du Colonel. Et quel personnage ! Lui et l'organisation Sentinel, sont un des points forts du bouquin.
Je m'explique.
Vous avez des supers pouvoirs et une capacité quasi malsaine à les utiliser à mauvais escient ? No problem ! Sentinel est là pour vous remettre sur le droit chemin : clairement, on vous kidnappe, on vous colle dans une pièce stérilisée et on vous torture jusqu'à la mort. Mais c'est par pur intérêt scientifique bien entendu. Et ça c'est un tour de force de l'auteure parce qu'elle embarque son lecteur et le plonge dans un panel d'émotions que je n'avais encore jamais ressenti jusqu'à présent. On passe notre lecture à se demander qui on déteste le plus et qui mérite vraiment de crever la bouche ouverte. Certes Kaleb n'est pas une adorable licorne qui pète des arcs-en-ciel mais le Colonel et son organisation envoient grave du lourd.

Et plus on tourne les pages, plus on s'embrouille. Myra Eljundir nous balance les infos et révélations au compte goutte et du coup on est constamment sur le fil du rasoir, à l'image de Kaleb qui oscille encore entre le Bien et le Mal. On devient complètement parano, on ne fait confiance à aucun personnage. Résultat : quand Kaleb agit comme un monstre sans conscience on le comprend et on a même envie qu'il aille plus loin. Parce que ce tome 1 est avant tout là pour poser les bases de l'histoire. Les intrigues et les trames se dessinent à peine et offrent au lecteur une vague idée de ce qu'il va se passer. Parce que, concrètement, on ne sait pas encore très bien ce qu'il va se passer.
Et c'est encore un point positif de ce livre. C'est une course folle page après page. Avec des personnages qui frôlent la caricature à certains moments mais qui permettent avant tout de mettre en relief le don d'empathe de Kaleb. Les midinettes accroc deviennent les prismes de l'amour et la passion, le père est la seule figure de stabilité de Kaleb et Sentinel devient le catalyseur de tout ce qui se fait de pire dans la race humaine. Alors oui des personnages un peu exagérés mais qui permettent au lecteur de s'identifier à Kaleb et son don, de rentrer lui aussi dans la tête et le cœur des gens. Je me suis sentie comme happée par ce fameux pouvoir comme Kaleb parce qu'il est terriblement puissant et affreusement repoussant. Et quand notre beau gosse ténébreux franchi la ligne et s'approche dangereusement du Mal, on tombe avec lui et on se pète les dents sur du béton armé. Pourquoi ? Parce que c'est bien beau de pointer Kaleb du doigt et de le mettre dans la case du antihéros alors qu'au même moment, on se tape un pied d'enfer chaque fois qu'il fait le mal autour de lui.

Et c'est pour ça que ce livre est un coup de cœur. En le refermant, on se rend compte d'une chose : si on était à sa place, on aurait certainement fait pire.




Ma note : 

18/20


9 commentaires:

  1. J'ai trop hâte que tu lises le T2 et le T3 pour savoir si tu kiffes toujours autant :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut que je les achèteeeeeeee !!!!!!

      Supprimer
    2. Il faut qu'on organise un braquage de librairie !!!

      Supprimer
  2. Il me faudra absolument découvrir cette saga. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux qu'être d'accord avec toi :D !

      Supprimer
  3. Finallyyyyyy c'est trop bien de te relire!! Je doutais que tu allais adorer Kaleb!! Il faudrait que je lise le 2 et 3 moi aussi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiiii, et ça fait du bien de m'y remettre bizarrement :D. Et faut que j'achète la suite, ça promet d'être énorme !

      Supprimer
  4. Il me reste le T3 à lire, j'adore cette saga. Je crois que c'est la seule qui m'ait vraiment accroché dans la collection R ^^. Bisous

    RépondreSupprimer